Présentation de parcours [4] : Dossier RAEP : Soyons un peu « stratège » dans ce que nous présentons de nous…

De l’expérience la plus récente aux expériences les plus lointaines dans le temps, on nous demande de parler de notre passé. Cela peut se transformer rapidement, si on n’y prend garde, en un catalogue de phases chronologiques. En quoi est-ce pertinent ? Plus simplement : à quoi ça sert ?

Pour le savoir, il faut, pour ainsi dire, sortir de soi, sortir de son statut de candidat et aller, en pensée, dans la tête de celui qui est face à mon écrit.

Que va-t-il regarder ?

Que va-t-il chercher à savoir ?

Que veut-il finalement ?

Ce que veut le lecteur de votre « déclaration », c’est décider de valider ou pas votre « avancement de grade » ou votre « promotion de corps ». Ce qu’il veut, c’est accomplir cette mission au mieux en jugeant, à partir d’indicateurs, si vous méritez cet avancement.

Sur quoi peut-il se fonder pour mener à bien sa mission et prendre sa décision ? et avez-vous moyen d’influer sur la décision qui sera prise ?

Il se fonde :

  • d’une part sur ce que vous lui avez remis (votre « déclaration »)

  • d’autre part sur ses indicateurs : les indicateurs qui permettent de juger que vous méritez/ou pas de bénéficier de l’avancement.

Stratégiquement, il vous faut donc :

  1. Essayer de deviner quels seront ces indicateurs

  2. Faire en sorte de rédiger votre déclaration de telle sorte que tel mot clef, tel mode de présentation de votre évolution de carrière donne à penser au lecteur-jury qu’il a bien en face de lui, dans cet écrit, ce qu’il cherche et doit trouver pour admettre le passage de quelqu’un à l’avancement.

Êtes-vous jugé sur vous ? NON ! Sur quoi alors ? Vous êtes jugé sur votre « déclaration ». Le lecteur-jury vous juge, certes, mais pas directement : il ne vous juge qu’à travers les lunettes que vous lui donnez et ces lunettes sont la fameuse « déclaration » : à vous de voir si vous préférez mettre des carreaux sur ces lunettes qui permettront au jury de voir le monde en rose…ou de vous juger négativement. On le voit bien : c’est VOUS, candidat, qui êtes maître du jeu !

1-Quels peuvent être les indicateurs auxquels le lecteur-jury se référera pour exercer son jugement et prendre sa décision ?

  • Savoirs, savoir faire, savoir être mobilisés, développés et acquis.

  • Évolution dans le sens de responsabilités de plus en plus grandes qui ont été prises par le candidat d’hier jusqu’à aujourd’hui.

  • Formations entre deux phases professionnelles indiquant que le candidat sait prendre les choses en main en se servant de la formation comme d’un levier ou d’un tremplin pour prendre un nouveau virage professionnel.

  • Investissement dans le secteur associatif qui indique une forme d’engagement et donc une forme de motivation et de volontarisme, un souci des autres, etc. (quand on vous autorise à parler d’expériences « de type professionnel » dans le secteur associatif, ou encore en tant qu’élu au sein d’une collectivité territoriale par exemple)

  • Cohérence dans le parcours.

  • Capacité à transférer dans un nouveau secteur professionnel des compétences acquises dans un précédent secteur professionnel.

  • Impression que l’évolution de carrière a un sens, fait sens et est positive.

Il faut donc que notre « communication », notre « expression » (ici écrite) génère des « impressions » chez notre lecteur et des impressions spécifiques de telle sorte que le lecteur-jury incline à nous accorder ce que nous demandons : l’accès à l’avancement.

2-Comment rédiger votre déclaration de telle sorte que tel mot clef, tel mode de présentation de votre évolution de carrière donnent à penser au lecteur-jury qu’il a bien en face de lui, dans cet écrit, ce qu’il cherche et doit trouver pour admettre le passage de quelqu’un à l’avancement ?

Il faut d’abord savoir quel est le contenu des missions que vous pouvez avoir à exercer demain au grade auquel vous aspirez ou une fois que vous aurez accédé au corps que vous visez à intégrer.

Il y a ce que vous aurez à faire demain / il y a ce que vous avez eu à faire jusqu’ici : par les mots et expressions que vous utiliserez dans votre déclaration écrite, il faut qu’on ait l’impression :

  • qu’entre ce que vous avez fait hier et ce que vous aurez à faire demain, il n’y a pas un fossé mais plutôt des débuts de passerelles (ex : vous aurez à encadrer des personnes or c’est quelque chose que vous avez déjà fait un peu ou que vous avez eu l’occasion d’observer en étant avec différents supérieurs hiérarchiques successifs qui vous ont permis d’analyser les différences d’une forme de management à une autre),

  • que vous savez faire preuve d’adaptation (vous avez par exemple occupé divers postes successifs),

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s